Pages

samedi 24 mai 2014

Prendre un rendez-vous en anglais / Making an appointment in English

Being able to make, change and cancel appointments is an important skill in business English. Here are some expressions you can use to do this concisely and clearly.


Etre en mesure de prendre, modifier et annuler des rendez-vous est une compétence importante en anglais des affaires. Voici quelques expressions que vous pouvez utiliser pour accomplir ces taches de façon claire et concise.


Asking for an appointment (demander un rendez-vous)

(formal situations)
  • I would like to arrange an appointment to discuss….
  • Please would you indicate a suitable time and place to meet?
  • (neutral)
  • Would it be possible to meet on (date) at your / our offices to discuss…?
  • (informal)
  • Can we meet (up) to talk about…?

Suggesting a time (suggérer une heure)


(neutral)
  • Would Tuesday suit you?
  • Would you be available on Tuesday?
  • (informal)
  • What about…?
  • Let's say…


Agreeing to an appointment (S'accorder sur un rendez-vous)
(formal)
  • Thank you for your email. I would be available to discuss…. on (date) at (time and place)
  • (neutral / informal)
  • Tuesday sounds fine. Shall we say around (time) at (place)?
  • Saying a time is not convenient
  • (formal)
  • Unfortunately, I will be away on business during the week of July 6 – 11, so I will be unable to meet you then. However, if you were available in the following week, I would be glad to arrange a meeting with you.
  • I will be out of the office on Wednesday and Thursday, but I will be available on Friday afternoon.


Cancelling an appointment (annuler un rendez-vous)
(formal)
  • Unfortunately, due to some unforeseen business, I will be unable to keep our appointment for tomorrow afternoon.
  • Would it be possible to arrange another time later in the week?
  • (neutral)
  • I’m afraid that I have to cancel our meeting on Wednesday, as something unexpected has come up.
  • Would you be free to meet early next week?




Apologising (S'excuser)

(formal)

  • I apologise for any inconvenience. 
(informal)

  • I'm sorry about cancelling.

Asking for confirmation (demander confirmation)

(neutral)

  • Please confirm if this date and time is suitable / convenient for you. 

(informal)

  • Can you let me know if this is OK for you? 
  • Writing to someone you don't know
  • If you don't know the person, you'll need to give some background information about yourself or your company.
  • I am… and I would be interested to meet you to discuss…
  • I would be grateful if you could indicate a convenient time to meet during this week
  • I look forward to hearing from you.


Enfin, il est impossible de terminer ce billet sans vous rappeler que les mots "rendez-vous" et "date" en anglais s'utilisent uniquement dans le cadre de relations personnelles amoureuses. Ils n'ont donc rien à voir avec la traduction de "rendez-vous (d'affaires)", à savoir le mot "appointment".  

mardi 18 février 2014

Stages à l'étranger

EURODESK ET CIDJ: FOURNISSEURS D'INFORMATIONS

Partir pour mieux réussir


Vous pouvez préparer votre départ à l’étranger en vous rendant au CIDJ et en consultant les fiches pratiques de son partenaire Eurodesk.

Si un séjour en Irlande, au Royaume-Uni, en Espagne ou bien encore en Allemagne vous tente, voici quelques conseils.

Eurodesk est un réseau européen destiné à faciliter la mobilité des jeunes en Europe. Il vous informe sur les dispositifs existants. En France, il s’appuie sur le Centre d’Information et de Documentation Jeunesse (CIDJ) et sur la structure locale d’information jeunesse.

Partir, oui mais comment? Pour vous aider à mettre en place vos projets de mobilité en Irlande, au Royaume-Uni, en Espagne ou en Allemagne, le réseau met à votre disposition, à travers son portail Internet, toutes les informations essentielles pour préparer au mieux un séjour. En France, le CIDJ, les centres régionaux d’information jeunesse, les bureaux d’information jeunesse ou les points d’information jeunesse constituent les relais nationaux et locaux de ce réseau.

Eurodesk a pour objectif de centraliser des informations dispersées qu’il n’est pas toujours aisé de rassembler. Les dispositifs de soutien au départ, par exemple, sont nombreux. De la ville à la région, en passant par les universités, l’union européenne et des organismes comme l’office franco-allemand de la jeunesse (OFAJ), il est possible de trouver toutes sortes d’aide au départ. S’y retrouver dans un tel dédale institutionnel est souvent un casse-tête, surtout quand on ne sait pas précisément quoi chercher.


Quel type de séjour ?

Le réseau Eurodesk présente à la fois les aides financières existantes (programmes européens, bourses nationales et régionales) et les dispositifs de stage, les conditions d’emploi, les possibilités de volontariat ou d’échange dans les pays concernés.

Il existe de nombreuses manières d’effectuer un séjour de longue durée en Europe. Tout dépend de votre projet initial.

Si vous souhaitez mettre l’accent sur la langue, un séjour en école de langue ou un séjour Erasmus+ semblent judicieux.

Si, en revanche, vous désirez mettre l’accent sur une expérience professionnelle, les stages, petits boulots ou encore les volontariats internationaux (dispositif du Ministère des Affaires Etrangères permettant de travailler dans une entreprise ou une administration française à l’étranger) paraissent plus adaptés.

Il est également possible d’axer son séjour sur la rencontre avec d’autres jeunes, notamment via le volontariat ou les chantiers internationaux.


Avant de partir

Eurodesk vous aide à organiser votre séjour en diffusant des renseignements sur les possibilités de logement et les réseaux de transport. Vous y trouverez des liens vers les dispositifs d’aide financière aux logements en Allemagne ou des informations sur les tarifs jeunes dans les transports en commun.

Le site facilite également les mises en relation avec les autorités administratives, en France et sur place, que ce soit pour demander un visa, vous inscrire dans une université, ou vous renseigner sur le dispositif local de santé.

Attention toutefois : si le portail Eurodesk vous facilite le travail, préparer un séjour à l’étranger est avant tout une démarche et un investissement personnels. À vous de faire vivre vos envies et d’agir en acteur de votre propre formation.

lundi 6 janvier 2014

La banque ~ Banking

BANQUE ~ BANKING

A la banque ~ At the bank

Avez-vous entendu parler de Mister Duncan? 

Si ce n'est pas le cas, je vous recommande ses leçons sur YouTube. Depuis 2006, ce professeur britannique hors pair enseigne l'anglais à plus de 220 000 abonnés à travers le monde.

Pionnier en son genre, il vous fera progresser sur d'innombrables thématiques dont certaines en relation avec le monde du travail. Par exemple, la leçon suivante fonctionne particulièrement bien avec les jeunes inscrits en BTS Banque. 


“In this lesson, we will take a look at something - it seems - we all need in which to survive. A very simple looking item that plays a big role in most of our lives: MONEY !” 

C'est ainsi que Mister Duncan entame sa leçon sur la thématique de l'argent. Pour vous mettre dans le "bain", je vous propose ci-dessous une liste des mots-clefs extraits de cette leçon "en or".

  • Noms:  CASH – CHANGE – COINS – CURRENCY – DENOMINATION – EXCHANGE – NOTES – TENDER – POUNDS – DOLLARS – ROUBLES – RUPEES – YUANS – YENS - EUROS 
  • Adjectifs (positifs):  AFFLUENT – COMFORTABLE – FLUSH – LOADED – PROSPEROUS – RICH – ROLLING IN IT – SOLVENT – WEALTHY – WELL-OFF 
  • Adjectifs (négatifs):  BRANKRUPT – BROKE – BUST – DESTITUTE – INSOLVENT – IMPOVERISHED – NEEDY – ON THE BREADLINE – POOR – PENNILESS – EXPENSIVE - CHEAP 
  • Tournures verbales:  TO SAVE MONEY – TO PUT MONEY IN A BANK – TO BUY – TO INVEST – TO MAKE MONEY – TO KEEP MONEY IN A BANK – TO SELL – TO INCREASE – TO GROW – TO LOSE MONEY – TO SPEND MONEY – TO MAKE A PROFIT – TO BE IN THE BLACK – TO MAKE A LOSS – TO BE IN THE RED – TO WORK OUT – TO CHANGE MONEY – TO COST MONEY – TO SPLASH OUT – TO BORROW – TO LEND – TO CHARGE – TO OWN – TO EARN 
  • Autres termes bancaires:  INTEREST – INTEREST CHARGE - ACCOUNT – DEPOSIT – WITHDRAWAL – CASHIER – TELLER – ATM – BANK CHARGE – DEBIT – CREDIT – DIRECT DEBIT – SHARE – EXCHANGE RATE – FINANCIAL FREEZE – HOLD ON GIVING CREDIT – CREDIT CRUNCH - AMOUNT CHEQUE – CREDIT CARD – CASH

  • Expressions et tournures idiomatiques: 
    • MONEY DOESN’T GROW ON TREES
    • MONEY IS THE ROOT OF ALL EVIL
    • I’M NOT MADE OF MONEY
    • THAT WILL COST ME AN ARM AND A LEG
    • YOU LOOK LIKE A MILLION DOLLARS
    • TO ROB PETER TO PAY PAUL
    • MONEY MAKES THE WORLD GO ROUND
    • TO THROW YOUR MONEY DOWN THE DRAIN
    • “THEY HAVE TWO CARS OUTSIDE THE HOUSE BUT NOTHING TO EAT IN THE FRIDGE.”
    • “MONEY CAN’T BUY YOU HAPPINESS.” 

  •  Citation:  
    • “I MAY BE LYING IN THE GUTTER, BUT I’M LOOKING UP AT THE STARS.” 
O. Wilde


A vos stylos! Traduisez tous ces termes et profitez-en pour constituer votre fiche de vocabulaire après avoir visionné la vidéo en bas de page. Elle pourrait bien vous être utile les jours qui précéderont votre examen.


Source:


Ta ta for now. See you next week !

jeudi 13 décembre 2012

Différenciation et nouvelles technologies


Comment différencier et individualiser l’enseignement des langues pour éviter l'échec scolaire ? A question difficile, réponse difficile qui mérite un approfondissement. 

L'objectif de cet article est de dégager des éléments de réflexion afin de montrer en quoi les TIC offrent des outils et des services efficaces pour l'enseignement et l'apprentissage.

L'intérêt et l'atout des TIC reposent sur la prise en compte des différences individuelles. Les usages des  technologies de l'information favorisent l'individualisation des enseignements et représentent donc une alternative pour gérer l'hétérogénéité des élèves.



1)   Usages des TIC dans l'enseignement de l’anglais
a)    Quelles définitions donner au terme « usage »
b)    Comment catégoriser les usages pédagogiques des TIC ?
c)    Quelles situations pédagogiques sont envisageables ?

2)   Impact des TIC sur l'enseignement et l'apprentissage
a)    La préparation de séquences d'enseignement par les membres de l’équipe pédagogique
b)    L’espace d’apprentissage (contraintes géographiques : à distance ou en présentiel?)
c)    Le facteur temporel (hors ou pendant le temps scolaire?)
d)    Le "sur mesure" (prise en compte des capacités et des besoins de chacun)
e)    La valeur ajoutée
f)     Exemple d'étude

3)   Apprentis en difficulté et échec scolaire
a)    Motiver l’apprenti en lui faisant découvrir de nouvelles approches d’apprentissage
b)    Permettre à l’apprenti plusieurs tentatives : cela valorise chacune d’entre elles ainsi que le processus d’auto-évaluation et d’apprentissage
c)     Fournir un parcours individualisé tenant compte des difficultés de chacun et donc de l'hétérogénéité d’une classe / d’un groupe, voire d'un sous-groupe
d)    Identifier des groupes de niveau pour donner une dynamique d’apprentissage différente
e)    Proposer un contenu plus attrayant (animations et interactivité)

4)   Comment évaluer la pertinence des TIC pour les publics en difficulté et l'individualisation de l’enseignement
a)    Etalonner les tests en soumettant la version papier aux apprentis avant de les mettre en ligne
b)    Comparer la progression et le temps de travail de l’apprenti entre présentiel et apprentissage en ligne
c)     Soumettre une enquête de satisfaction aux participants.

5)   Des dispositifs innovants et des ressources pour individualiser avec les TIC
a)    Plateformes open source (ex : 
Moodle)
b)    Méthodologies e-learning et 
rapid learning
c)     Outils Google

6)   Exemples de déploiements
a)    Avec Moodle : Challenges inter-classes
b)    Avec GoogleDrive : Site Anglais Tourisme
c)    Avec un blog FB : Anglais Professionnel (version PC et version Mobile)
d)    Avec un wiki : Anglais Professionnel

Un exemple concret de déploiement peut reposer sur l'architecture d'arborescences croisant thématiques d'apprentissages et besoins avec le "niveau" de l'apprenant. (ex: onglet débutant).


dimanche 29 mai 2011

CLASSE VIRTUELLE ANGLAIS BTS 2.0


J’essaie d’intégrer l’utilisation des technologies de l’information et de la communication à l’apprentissage de l’anglais comme langue étrangère (ESL), en niveau BTS. Je me heurte toujours malgré tout à une résistance de la part des étudiants lorsqu’il s’agit d’utiliser ces technologies comme outils d’apprentissage.

Les enseignants dans mon entourage se montrent relativement prudents quant à l’utilisation de blogs, surtout dans un cadre pédagogique. Cela s’applique moins aux enseignants en langues étrangères qui voient dans l’exploitation instantanée de ressources multimédias un avantage non négligeable. Les prédispositions guère engageantes de collègues m’ont interpelé mais plusieurs développeurs d’autres écoles m’ont bien confirmé que cette tendance était générale. Pourquoi alors un tel frein lorsqu’il s’agit de l’apprentissage de jeunes adultes ?

Mes étudiants ont entre 18 et 25 ans. 75% d’entre eux ont un ordinateur à la maison. L’accès aux nouvelles technologies reste impossible pour les plus défavorisés. Quant aux plus chanceux, ils peuvent parfois se retrouver devant un écran toute la journée. Pour quelles raisons? Elles sont multiples.  

S’ils utilisent leur ordinateur officiellement pour faire leurs devoirs, ils l’utilisent aussi et surtout pour se divertir. Ils adorent procrastiner, la tête dans les étoiles … via les derniers gadgets à la mode les plus sophistiqués, principalement leur téléphone portable.

A contrario, les adultes ont plutôt tendance à utiliser leur ordinateur pour le travail. C’est pourquoi, bloguer, tenir un site, interagir sur les réseaux sociaux sont pour eux une dépense de temps et d’énergie supplémentaires avec lesquelles il faut compter. De plus, un bon nombre d’adultes fuiront encore longtemps les écrans PC et retourneront aux bons vieux livres, stylos et feuilles de papier, la méthode d’apprentissage traditionnelle avec laquelle ils sont le plus familiarisés.

A la lumière de ce constat, quels objectifs dois-je me fixer ?

Vis-à-vis de mes étudiants, je m’efforcerai de leur présenter des activités innovantes sur ce blog, de par leur contenu concret, pratique et convivial. Ces activités seront étudiées pour retenir leur attention suffisamment régulièrement et longtemps pour s’inscrire dans une progression pédagogique transversale à leurs centres d’intérêt. Elles seront différentes de ce que les étudiants font en classe mais complémentaires à leur apprentissage en cours.

En ce qui concerne mes collègues enseignants, je partagerai avec eux mes quelques modestes connaissances. En particulier, je m’attacherai à l’utilisation et aux applications pédagogiques que l’on peut tirer des différentes ressources Web 2.0. J’ai cette année lancé le Google Site “anglais professionnel”, une communauté pour mes anciens et nouveaux étudiants (BTS et Licence Professionnelle) pour qu’ils puissent partager une nouvelle approche de la langue anglaise comme langue étrangère. J’ai eu la chance dans le cadre de leur programme, de les briefer sur l’importance de leur degré d’implication dans les réseaux sociaux professionnels. Ces derniers sont une preuve en temps réel de ce qui se passe dans un contexte global plus étendu. D’où l’importance d’insister sur l’aspect “compétences” que requièrent les nouvelles methodes d’apprentissage du XXI ème siècle.



L’implication des jeunes étudiants adultes dans cette démarche sera fonction du fait que chacun d’entre eux se sente accompagné et confiant au sein de la « classe virtuelle ».

Vous souhaitez réagir à cet article ? N’hésitez-pas à laisser vos suggestions ou commentaires. Merci

dimanche 26 septembre 2010

Création d'un Wiki sur Google Site



Face à la demande croissante de mes étudiants, la création d'un wiki s'est rapidement imposée. Un espace de collaboration et de centralisation efficace dont l'objectif était initialement d'épargner de longues heures de recherche en ligne. Il s'agit d'un site Web dont les pages sont modifiables par les visiteurs afin de permettre l'écriture et l'illustration collaboratives des documents numériques qu'il contient.


D'après l'encyclopédie libre Wikipédia, le mot « wiki » signifie « rapide » en hawaïen. Le journal The Economist, quant à lui, fait remarquer que le mot wiki peut être vu comme l'acronyme de « What I Know Is » (littéralement : « Ce que je sais est » ou « Voici ce que je sais »).


Le wiki "ANGLAIS PROFESSIONNEL" n'est pas modifiable par tout le monde ; les visiteurs doivent s'inscrire ici avant d'être autorisés à consulter et modifier les pages. Cela garantit la qualité du travail collaboratif de tous ses participants et contributeurs. 




samedi 4 septembre 2010

Montage vidéo basic

Les transports (1) 


Une première vidéo créée avec Windows Movie Maker pour exercice de répétition sur le thème des transports


video